CE

Monténégro : Protégez l'église orthodoxe contre les attaques néo-communistes

Monténégro Protégez l'église orthodoxe

Par ECLJ1580489391332

Signatures

La situation au Monténégro se dégrade : après que le régime de Đukanović a imposé une loi visant à nationaliser l’Église orthodoxe et à entraver l’éducation religieuse, il intensifie désormais la répression contre ceux qui s’opposent à cette loi.

Cette loi vise à affaiblir l’Église orthodoxe serbe (l’Église majoritaire locale), à la ​​spolier de ses propriétés, à lutter contre la transmission de la foi et à promouvoir une fausse « Église nationale » en lieu et place de l’Église orthodoxe. La loi s’attaque également aux autres confessions religieuses. Par exemple, elle interdit les écoles élémentaires religieuses ainsi que l’éducation religieuse des enfants de plus de 11 ans sans leur consentement. Cette loi provoque des manifestations massives et la contestation de nombreux responsables d’Églises à travers l’Europe et le monde (Lire ici la présentation de la loi).

Depuis l’adoption de la loi, des dizaines de milliers de personnes manifestent deux fois par semaine contre cette loi. Les dirigeants des principales Églises chrétiennes ont exprimé leur inquiétude et leur soutien à l’Église orthodoxe serbe.

Ce matin du 31 janvier 2020, la police du Monténégro a violemment arrêté la mère de Milan Knežević, ainsi qu’un autre membre de sa famille. M. Knežević est membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) et député de l’opposition au Parlement du Monténégro.

30 membres de l’APCE ont exhorté les autorités et la Cour constitutionnelle du Monténégro à abroger la loi et à rétablir un dialogue pacifique avec les communautés religieuses.

Le Monténégro fait partie du Conseil de l’Europe et négocie son adhésion à l’Union européenne. Cette situation est inacceptable en Europe. Nous vous prions de soutenir comme nous les chrétiens orthodoxes en signant notre pétition.

Cette pétition sera officiellement présentée au Parlement européen et au Conseil de l’Europe afin qu’ils se saisissent de la situation de toute urgence.
L'Assemblée du Conseil de l'Europe aura l'obligation, conformément à son propre règlement, de se pronconcer. Une procédure similaire sera engagée au Parlement européen.

L'ECLJ agit en outre par toutes les voies possibles.