CE

La critique rationnelle de l’islam doit être garantie en Europe

Défendez le droit de critiquer l’islam

Par ECLJ1551148620000

Signatures

La recherche de la vérité, par le débat fondé sur la raison, est un fondement de notre civilisation. Elle implique la liberté de critiquer rationnellement l’islam, comme toute autre croyance ou idéologie, tant religieuse qu’athée.

Il devient de plus en plus difficile et dangereux de critiquer l’islam publiquement, alors même que cette religion tend à se développer en Europe. L’auteur d’une telle critique, même sérieuse, s’expose aussitôt aux accusations d’intolérance ou d’islamophobie, et à des poursuites judiciaires. C’est ainsi que, progressivement, la liberté d’expression se réduit, et avec elle, la capacité de la société à soumettre l’islam à l’examen critique de la raison.

 

Or, à ce jour, les droits de l’homme ne garantissent plus fermement cette liberté d’expression. À l’ONU, elle a été attaquée par les membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour ériger une prohibition internationale de la « diffamation des religions ».

La CEDH, quant à elle, est hésitante à protéger la liberté d’expression en matière religieuse lorsqu’il s’agit d’une critique de l’islam. La CEDH, en 2018, a validé la condamnation d’une conférencière autrichienne ayant qualifié Mahomet de « pédophile » en raison de son mariage avec Aïcha (6 ans), puis, en 2019, a censuré celle de deux journalistes azéris ayant radicalement critiqué la culture islamique.

Dans l’affaire autrichienne (E.S. c. Autriche), la conférencière, s’exprimant devant une trentaine de personnes, voulait dénoncer la pratique du mariage de fillettes dans certains pays musulmans, suivant l’exemple de Mahomet. La Cour européenne a validé sa condamnation, car, selon elle, ses propos cherchaient moins à informer qu’à démontrer que Mahomet « n’est pas digne d’être vénéré » et constituaient « une violation malveillante de l’esprit de tolérance à la base de la société démocratique ». La Cour a jugé ces propos de « nature à susciter une indignation justifiée » des musulmans et « à mettre en danger la paix religieuse ».  Ainsi, c’est la violence de certains musulmans qui justifierait et exigerait que leurs croyances soient davantage protégées que celles des autres contre les critiques, même factuelles.

 

À l’inverse, dans l’affaire azérie (Tagiyev et Huseynov c. Azerbaïdjan), la CEDH a finalement défendu la liberté d’expression de journalistes, après que l’un d’entre eux, visé par une fatwa, fut assassiné. Ceux-ci osèrent comparer l’Azerbaïdjan, l’islam et l’Europe dans un article intitulé « L’Europe et nous ». Ils déduisirent de cette comparaison, entre autres, la supériorité de la culture occidentale, la « stupidité » et la « folie » des philosophes musulmans, et qualifièrent le fondateur de l’islam de « créature effrayante » en comparaison de Jésus-Christ.

 

Prochainement, ce sont les propos d’Éric Zemmour qui seront jugés par la CEDH. Celui-ci l’a saisie fin 2019 après avoir été condamné pour provocation à la haine religieuse. En cause : l’affirmation qu’il faut donner aux musulmans « le choix entre l’islam et la France », que la France vit « depuis trente ans une invasion », et que « dans d’innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées » se joue une « lutte pour islamiser un territoire », « un jihad ».

 

L’ECLJ agit depuis des années, tant à l’ONU qu’à la CEDH, au soutien de la liberté d’expression et de la liberté religieuse, et continuera d’agir, avec votre soutien. Pour l’ECLJ, les libertés de religion et d’expression sont complémentaires, et il n’existe pas de droit, pour les croyants et les non-croyants, à ne pas faire l’objet de critiques rationnelles. Seules les insultes, calomnies et obscénités gratuitement offensantes ainsi que les propos incitant à une violence immédiate peuvent être restreints. Tout autre propos doit pouvoir être librement exprimé.

Soutenez la liberté d’expression, signez la pétition !

 

Documents utiles :

  • Pour la défense de la liberté d’expression en matière religieuse, lire la tribune.
  • Critique de l’islam : la CEDH défend (enfin) la liberté d’expression, lire l’article.
  • Article. Grégor Puppinck, « Blasphémer ; un droit de l’homme ? », lire l’article.
  • « Quand la CEDH condamne une conférencière pour avoir “dénigré” Mahomet  », lire sur Valeurs Actuelles.
  • « Délit de blasphème : « La CEDH n’est pas Charlie ! », Interview de Grégor Puppinck, pour le Figaro Vox.
  • Observations de l’ECLJ dans l’affaire E.S. c. Autriche (n°38450/12), lire les observations.